Bahamas

Le braquage s’était tellement bien passé !

On aurait dit que les billets se rangeaient tous seuls dans le sac.

Les flics avaient à peine passé la seconde, on avait déjà rejoint l’avion et décollé.

Parfait, quoi. Jusqu’à ce qu’on entende le moteur cracher. Et qu’on compte les parachutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 × 4 =